Sorrente Dominique

Pays sous les continents

                    X

L'univers tombera-t-il un jour à terre ?

 

Je ferai mettre en délire la charge des années. Si elle succombe,

Je changerai mon cahier vert ou bien je passerai aux actes.

 

C'est vrai que tu es belle, quand la taille du corps plie sous l'abîme.

 

                    XI

Posée sur ce visage inconnu (toile ténèbre, à aimer autant que ce soit là !), elle allume

un regard d'amante sur le vide.

 

Je cnostruis pour de bizzares serpents un reste de journée

sans mélancolie. Nous baisserons la tête en simulacre.

 

En toi, ce sera plus facile de convenir

d'une mort qui domine les hauteurs.

Quelqu'un vers les confins lâche la mer.

Je me défie d'un prisonnier reconnaissable. Ce ne peut

être toi

 

Non, laisse-moi m'attarder sur les chemins. J'aime aller

à la rencontre des choses disjointes.

J'aime aussi les parfums qui attaquent par surprise.

 

Nous n'aurons point vieilli.

 

Si nous trahissons, l'éphémère gardera l'impression de l'île

sur nous comme un suaire.

                                                      Île de Wight- Mont Beuvray, Printemps 1980

 

Dominique Sorrente, Pays sous les continents, un itinéraire poétique 1978-2008, pp.54-55, MLD, 2009

Ajouter un commentaire

 
×