Torreilles Pierre

Denudare

        Ode

Chaque brin de limpidité

Chaque goutte

Parfaitement écrite,

me surprend.  (p.25)

 

Le bleu déjà précis

De l'heure me surprend

 

Un oiseau brûle avec la nuit.

 

Terres

Plus que l'odeur

Le cri de l'herbe vous dénude.  (p.77)

 

Oiseaux

Fragments, légers de l'ombre et

Très vite dissous par la lumière du matin,

Je dois rester

Plus immobile que l'espace.  (p.87)

 

Pierre Toreilles, Denudare, Poésie/Gallimard, 1993.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.