Metz Thierry

De l'un à l'autre

Être là peut-être

sans être vu

       simplement ça

ces filets tendus

ces petits muscles

comme un récit d'oiseaux

ou de pêcheur

que seul un trou noir

peut faire deviner

[...]

 

Que dire de mes mains enchevêtrées

sinon faire                 oeuvrer

à ce métier solaire

obstiné

mort à ce qu'on pourrait dire

qui a tout simplifié

ici

et à la fenêtre

[...]

 

Cesse toute parole où la fenêtre éclose

enfoncée dans le jour (...)

où rien ne la retient

que ce rien

Thierry Metz, De l'un à l'autre, Éditions Jacques Brémond, 1996

Ces poèmes "dialoguent" avec des photographies que Paul Amouroux a faites de Toiles filées de Denis Castaing.

Ajouter un commentaire