Pusterla Fabio

Ambulando solvitur

         Il y a peu, le pigeon fou : je l'ai vu arriver très vite, d'en bas, agitant ses ailes, et heurter violemment la vitre de la fenêtre, en laissant ensuite, après une brusque volte-face, une sorte d'auréole d'haleine, de sueur, ou de poussière. Et, pendant un instant, j'ai craint que le choc pût le tuer, bien qu'aucune trace ne restât en vue sur la vitre. Présage de quelque chose ? Un contretemps minime qui démarre une journée semblable à toutes les autres ? En tout cas, c'est bien ainsi que remontent parfois à la mémoire les souvenirs qui surprennent, imprévus. Perturbants, ils remontent d'on ne sait où, d'un recoin ou d'un abîme mémoriel, et ils frappent contre les vitres de la conscience, en échappant un instant à l'oubli.

          Fabio Pusterla, Dortoir des ailes, Ed. Calligrammes, 2013 

2 gris